English

Bienvenue sur

A propos de PGI

troisroues.com

Contact

 

Accueil

Pourquoi 3 roues ?

Torga

Pulsar

Autres projets

Revue de presse

TTWs du Monde

 

 

PGI n’est pas une multinationale, ni même une société ou encore une association, du moins pour le moment. PGI, c’est tout simplement l’abréviation de "Philippe Girardi Innovations". Et Philippe Girardi, c’est moi…

Alors pourquoi ce site, pourquoi ces travaux sur les trois-roues ? Comme je l’explique en page d’accueil, c’est la passion qui me guide depuis toujours. Une passion pour tout ce qui roule. Une passion aussi pour la création, la nouveauté. Une passion partagée avec toutes celles et ceux qui ont contribué de près ou de loin aux travaux présentés ici et qui auront l'occasion de se remémorer quelques-uns des bons moments vécus ensemble en parcourant les pages de ce site. Et vous, cher Visiteur, il vous sera donné de découvrir l'envers de ce décor tout en trois-roues. 

C’est elle, cette passion, qui a aussi été le fil conducteur tout au long de mes études. Après avoir décroché un bac technique, j’intègre l’IUT de Ville d’Avray où j'obtiens, deux ans plus tard, un DUT de Technicien Supérieur. Mon projet professionnel de l’époque était de devenir « concepteur d’automobiles ». Pour cela, il me fallait développer ma culture scientifique et m'engager dans des études d’ingénieur: en 1980, j’obtiens le Diplôme du CESTI et en 1981 celui de l’ISMCM, spécialisation « matériel mobile », autrement dit tout engin terrestre comportant au moins une roue !

Puis c’est le hasard qui prend le relais. En flânant dans les allées du salon de la voiture de compétition, début 1981, je rencontre le talentueux et imaginatif aérodynamicien Max Sardou. Il peut être considéré, au même titre que Colin Chapman, comme l'inventeur de l’effet de sol qui a révolutionné la F1 à la fin des années 70. Max qui avait alors pour clients quelques grands noms du sport automobile, m’a fait part de son besoin de quantifier les performances de ses développements, sans bien entendu s’engager dans de coûteuses séances d’essais sur piste. Son idée était de concevoir des modèles de calcul permettant de simuler le fonctionnement d’une voiture sur différents circuits, au plan des performances (modèles « macroscopiques») et de la tenue de route (modèles de stabilité transversales et longitudinales). En complément, il s’agissait aussi de développer des outils « métier » permettant de concevoir plus vite et plus précisément une partie particulièrement sensible du véhicule : les suspensions.

Il n’a pas fallu longtemps pour qu’il me décide à m’engager dans ces travaux de longue haleine, qui ont fait l’objet d’une thèse de Docteur Ingénieur soutenue en 1983. C’est aussi pendant cette période que me sont venues les premières idées de trois-roues.

Ces idées, j’ai continué de les développer à titre personnel, après avoir intégré les rangs d’un grand constructeur automobile la même année, et pour lequel je travaille encore aujourd’hui. Sans pour autant dévoiler le contenu de mes activités, déontologie oblige, je peux tout de même préciser que j’ai eu la chance d’exercer dans différents domaines de recherche et développement, et plus récemment de m’engager dans des activités de RSE (Responsabilité Sociale de l’Entreprise) touchant à la mobilité durable et la sécurité routière.

Ont documenté, dessiné, conçu, calculé, fabriqué, communiqué, testé, supporté, encouragé….

Famille G, Serge C, Guy S, Henri M, Antoine R, Frédéric R, Jean-Michel D, Renaud A.d.M, Paul S, Jean-Michel G, Danielle P, Louis C, François H, Jean-Pierre F, Hervé F, François C, Jean-François R, Yann B, Olivier B, Pierre-Emmanuel J, Axelle G, Promotions 2005-2006 et 2006-2007 de l’IUT de Ville d’Avray, Laurent P, Antoine D, promotion 2007-2008 de l’EFAP, les Compagnons du Devoir de Reims…